Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Ô temps, suspends ton vol !

janvier 16th, 2013, par Daphné

 

un sablierMon père en avait un sur son bureau. Tout petit, en bois, avec du sable pourpre. Le bureau en lui même était impressionnant : pièce d’antiquité aux tiroirs secrets, la table de travail était parée de cuir qui, usé par endroits, témoignait d’heures passée les coudes sur la table et les sourcils froncés. Pourtant jamais papa n’écrivait à sa table. Elle demeurait couverte de dossiers et de lettres, de papiers empilés, d’enveloppes déchirées. C’était un monde à part, une grotte d’Ali Baba laissée à l’abandon car sans trésor aucun… à part ce petit objet.

Je me faufilais parfois à travers la grande porte dont la peinture rouge imposait le respect. Je grimpais sur le fauteuil et le cherchais des yeux. Puis, assise en tailleur sur la moquette orange, je le regardais faire, en silence, concentrée. Le sable filait toujours sans jamais s’arrêter. Alors je le penchais jusqu’à l’horizontale. Là, les deux réceptacles se maintenaient à niveau et petit à petit, le sable ne bougeait plus. Du haut de mes six ans, j’avais arrêté le temps.

Parfois bien avant l’aube, quand j’écris sur Ithaque, je repense au bureau et à son sablier. Je suis en territoire inconnu et secret. Je suis comme invisible et pourtant je suis là. Et lorsque sur le feuille les phrases se déroulent je retrouve la joie que j’éprouvais alors. Le sable est immobile, le temps peu se reposer. Et c’est à moi de jouer…

 

Publié dans instants, lieux

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>