Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Vocation

février 27th, 2012, par Daphné

 

"On entre en littérature comme on entre en religion..."C’est un des mots que je préfère… Il évoque un appel, une folle mission qui se révèle à nous comme on ouvre les yeux. On dit que c’est la grâce qui se découvre un jour. Peu importe où et quand, lorsqu’on fixe la lumière l’étincelle s’imprime à jamais sur la rétine. A partir de ce jour, on voit différemment. Et on aura beau fuir, s’échapper, se débattre, toujours elle reviendra cette maudite étoile. Maudite ou merveilleuse. En tout cas mystérieuse.

Je me souviens de mots, de paroles tranquilles échangée sur un banc à l’abri de la ville. On m’avait fait entrer dans un monde à l’abri. On m’avait invitée, on m’avait accueillie. Et dans un jardin secret, loin du chaos des villes, c’était un bavardage des plus délicieux. Important, apaisant. Familier par instants. Il portait une robe, celle de sa fonction et ses traits étaient doux comme ceux des parents. Et déjà je sentais qu’il serait personnage, qu’il entrait peu à peu dans l’histoire du roman.

Croyance, foi, espoir, fidélité, promesse, parole, discipline, confiance, conviction… C’est drôle comme très vite, nous parlions la même langue, venant pourtant de mondes en tous points éloignés. Ou si peu finalement. Les mots de Yourcenar me reviennent à présent : On entre en littérature comme on entre en religion…

Publié dans gens, instants, livres

Une réponse

  1. stephen

    I long for a garden far away from the chaos of cities. One day soon….

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>