Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Souvenirs d’un autre hiver

janvier 30th, 2012, par Daphné

 

Ithaque en hiver...« Ça y est, l’hiver est là ! » C’est aussi ce que disaient les habitants d’Ithaque, lorsque sans crier gare le froid s’était invité sur notre petit rocher il y a tout juste un an.

Dans la modeste maison où nous vivions alors, il n’y avait pas de chauffage. Juste un climatiseur qui crachait un vent tiède et réchauffait la table que l’on ne quittait plus. Pour me dégourdir les mains, je tapais plus que jamais sur mon petit clavier, inventant des histoires gorgées de canicules, de plaines ensoleillées, de plages au sable chaud.

Mais le meilleur moyen pour affronter l’hiver, c’était tout simplement d’aller à sa rencontre. Dehors il faisait froid et dans le petit jardin, les branches du figuier jadis lourdes de fruits ressemblaient désormais à de longs doigts crochus. Tout au bord des chemins, le givre avait figé les herbes comme des pics.

On grimpait la colline en remontant nos cols. Mais très vite on ôtait la veste, puis le pull car jamais le soleil n’était vraiment très loin. Et le subtil alliage du froid et des rayons nous réveillait soudain. On se sentait vivants.

Oui, même sur Ithaque il y avait un hiver. C’était en février, il y a tout juste un an. A peine trois semaines ou quatre tout au plus, histoire de désirer la venue du printemps.

Publié dans images, lieux

3 Réponses

  1. bastien

    Surtout ne pas regarder pas la fenêtre, ce serait un coup à se demander s’il n’aurait pas besoin de prof, là bas, à Ithaque ou ailleurs, dans le coin…

  2. johan

    Dans le silence de l’hiver, je veux revoir ce lac étrange,
    Entre le cristal et le verre où viennent se poser des anges.

    Robert Charlebois

  3. tnsp?

    « J’habite la très illustre Ithaque, où se trouve le mont Néritos aux arbres battus des vents. (…) Elle est la plus éloignée de la terre ferme et sort de la mer du côté de la nuit. (…) Elle est âpre mais bonne nourrice de jeunes hommes, et il n’est point d’autre terre qu’il me soit plus doux de cotempler ».
    (Homère, Odyssée, chant 9,trad. Leconte de Lisle 1818-1894)

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>