Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Parole, parole, parole…

janvier 28th, 2012, par Daphné

 

Mme Bavarde, en pleine conversation...Lorsque j’étais petite, j’adorais les promesses : On fera ci, on fera ça, tu auras, on ira… Et puis en grandissant, j’ai compris que parfois mieux valait se méfier car les plus beaux parleurs s’avéraient bien souvent aussi les plus décevants. Moi qui pourtant déjà aimait tellement les mots !

A force de fréquenter les verbes et les noms, j’ai appris désormais à mieux les reconnaître. J’écoute attentivement, je scrute, je déchiffre et j’avoue que souvent, c’est la conjugaison qui retient mon attention. Les temps, les formes, les modes en disent tellement long !

Au langoureux J’allais chargé de souvenir, au J’irai prometteur, au J’irais incertain, j’ai toujours préféré le Je vais du présent. Mais celui qui m’anime, me donne de l’élan, c’est le fougueux Allez ! qui nous pousse en avant. La forme impérative porte si bien son nom ! Elle est souvent pour moi comme le chant des Sirènes.

Et contrairement à certains, lorsque j’entends leur voix, je ne résiste pas.
Ou pas longtemps, en tout cas…

 

Publié dans instants, musique

3 Réponses

  1. bastien

    Avoir besoin d’un maître(?)…
    les sirènes charment, elle ne sont pas dans l’impératif et n’attrapent que les fragiles (qui ne sont que dans le plaisir immédiat, ce fichu présent -qu’il faut apprendre à aimer, tout seul, sans impératif-)…

  2. johan

    le présent est toujours mieux que le conditionnel , c’est une évidence !

  3. tnsp?

    Attention au chant des Sirènes! – Tu l’écoutes attachée comme Ulysse?

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>