Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Doutes

décembre 28th, 2011, par Daphné

 

questionnements...De nouvelles insomnies. Des heures sans bouger à attendre Morphée. On dit que c’est le froid, peut-être le manque d’air. C’est vrai que le terrier emprisonne parfois. Que ne donnerais-je pas à cette heure tardive pour tirer les rideaux et regarder dehors ! Mais je n’ai de la nuit qu’un tout petit carré au-dessus de l’évier. Je l’imagine bleu et recouvert d’étoiles, je l’imagine mauve, rosé, jaune, orangé… Mais cela ne suffit pas.

Alors je reste là, les bras le long du corps et je baisse la garde : Venez, venez questions, doutes, incertitudes… Puisqu’il faut vous croiser, autant vous accueillir quand j’ai du temps devant moi. On se posera un peu. Vous demanderez « Pourquoi ? » et « Est-ce le bon choix ? » Et comme chaque fois, je vous laisserai parler – vous aimez tellement ça !

Je garderai le silence jusqu’au petit matin. Et en vous raccompagnant sur le pas de la porte, alors que j’entendrai toujours votre refrain – Où vas-tu ? Tu es sûre ? Et maintenant, tu fais quoi ? Je vous répondrai juste : Je ne sais pas, on verra.

Je sais que cette réponse ne vous satisfait pas, mais je n’en ai pas d’autre. Alors il faudra bien vous en contenter… jusqu’à la prochaine fois.

Publié dans instants

2 Réponses

  1. N.

    Nuits calmes de La tisanière (camomille, tilleul et fleurs d’oranger)…
    les fêtes de fin d’année nuissent à mes nuits aussi…
    je ne sais pas si le machin au dessus fait un quelconque effet mais ça sent bon…

  2. grigou tendre

    « Quand les ombres s’allongent, ce n’est pas pour dormir. »
    Gérard Colin

    « Si tu doutes de ton pouvoir, tu donnes du pouvoir à ton doute. »
    Marcel Boutron

    « Vu à travers les dents d’un peigne, le zèbre perd ses rayures. »
    Jean Dumayet

    « Plus un paon a de plumes, plus sa roue est chargée. »
    Walter Closet

    Voilà ce petit florilège te rendra le moral j’espère. Ce sont des fleurons de la pensée humaine.

    Quand ça ne va pas, repense à la sentence de Léon Joubert :
    « Ce qui mord le gruyère n’est pas toujours la souris. »

    Et puis
    comme dit Maxime Ledoux :

    « A chaque narine suffit son doigt. »
    et si « Les palmes couronnent le glorieux, elles propulsent le nageur. »

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>