Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Trouvé !

octobre 24th, 2011, par Daphné

 

Sur la Butte Montmartre à ParisJe me souviens de l’arrivée à Athènes au début des grandes vacances… Je m’en souviens et en fermant les yeux, je sens presque la chaleur, l’air chargé de poussière, la rumeur de la ville – que dis-je, le vacarme – Comme j’aimais ce bruit !

Nous étions enfants et ma mère, pour nous divertir mon frère et moi, avait inventé un jeu : « Le premier qui voit l’Acropole dit trouvé ! Et il a gagné. » Le nez contre la vitre du bus ou du taxi, nous scrutions chaque rue, chaque allée, chaque bâtiment, espérant apercevoir un morceau de colonne, un petit bout de fronton… J’avoue que bien souvent, je me retrouvais vaincue. Car lorsque le Parthénon apparaissait soudain au-dessus des façades, mon ventre se nouait, mon cœur battait trop fort. Et j’entendais trouvé ! Sur le siège à côté…

J’ai souvent repensé à ce jeu de vacances et j’avoue que souvent, j’y ai joué en secret : A Rome le Colisée, à Florence le Dôme, à Londres, Lisbonne, Barcelone… Trouvé Big Ben ! Trouvé l’Elevador ! Trouvée la Sagrada Familia ! Mais j’avoue qu’à Paris, je n’y avais jamais joué.

Et puis hier, sur la Butte, j’ai entendu « trouvée ! » Et je jure que la voix semblait venir des dômes qui comme deux visages ont soudain apparu au détour d’une rue…

Publié dans lieux

2 Réponses

  1. tnsp?

    Voici quelques vers qui conviennent parfaitement à ton texte de ce matin:
    (…) O Paris
    Grand foyer chaleureux avec les tisons entrecroisés de tes rues et les vieilles
    maisons qui se penchent au-dessus et se rechauffent comme des ailleules. (…)
    L’aime me frotter dans les grandes villes aux autobus en marche
    Ceux de la ligne Saunt-Germain-Montmartre m’emportent à l’assaut de la Butte
    Les moteurs beuglent comme les taureaux d’or
    Les vaches du crépuscule broutent le Sacré-Coeur
    O Paris
    Gare centrale débarcadère des volontés, carrefour des inquiétudes
    Seuls les marchands des journaux ont un peu de lumière sur leur porte
    La Compagnie Internationale des Wagons-Lits et des Grands Express Européens
    m’a envoyé son prospectus
    C’est la plus belle église du monde (…)
    (Blaise Cendrars, Poésie du Transsibérien 1913)

  2. Daphné

    Depuis Cendrars, le verbe bourlinguer se conjugue différemment… et toujours au présent !

    http://www.ina.fr/video/I05131297/paris-1963-blaise-cendrars-se-promene-a-montma.fr.html

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>