Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Dans la Zone

octobre 5th, 2011, par Daphné

 

de l'autre côté...C’est ainsi qu’on appelle ce monde parallèle, ce refuge à l’abri de l’espace et du temps où s’écrivent les romans. C’est un autre univers où tout est encore à faire, où tout s’invente, se crée sans limites ni frontières. C’est le lieu protégé de tous nos souvenirs, nos rêves, nos désirs qui attendent patiemment qu’un mot ou une phrase vienne les délivrer pour passer de l’autre côté.

La porte de ce monde, cette bulle hors d’atteinte, est toujours grande ouverte. Pour y entrer, il suffit de vouloir y aller. Pas de sésame, pas de clef, juste l’envie d’écrire. C’est elle qui nous porte, nous guide vers le refuge. Comme il est doux parfois de se laisser conduire, de  ne pas résister, de larguer les amarres !

Oui, c’est tellement facile de pénétrer dans la Zone. Vous devriez essayer… On y est bien, vous verrez ! La seule condition, c’est d’avoir du temps devant soi. Car la difficulté, ce n’est pas d’y entrer mais de vouloir en sortir. Une fois qu’on est là-bas, il faut une bonne raison pour revenir au monde, et la plume, croyez-moi, ne se lâche pas comme ça. Le roman, plus perfide, fait semblant de vous laisser. Mais de l’autre côté, au cours de la journée, il appellera sans cesse et sa voix peu à peu couvrira toute chose.

Ulysse a eu l’idée de s’attacher au mât. Oui, peut-être, pourquoi pas… Mais même sur le clavier, même sans plume ni papier, il faut encore des mains pour écrire un roman. Alors je préfère y aller quitte à ne pas rentrer. D’ailleurs j’y suis encore quand j’écris ce billet. Il faut croire que les Sirènes se laissent apprivoiser…

Publié dans lieux, livres

2 Réponses

  1. N.

    Certes…
    Mais quelle condition ! tout de même…
    L’important, me semble d’en sortir « sain » et prêt à la vie (avec toutes ses contraintes -nécessaires-)…
    en même temps, je conçois qu’il ne soit pas simple de lâcher certaines plumes…
    mais même s’il est des sirènes laides, il est aussi possible d’écrire des tas de romans pour soi, dans sa tête…
    Parce que « on n’est pas sérieux quand on a dix- sept ans », avec tout l’ironie envers soi qu’il y à là; dans ses « robinsonnades » (qui demandent tant d’énergie)…
    -je fus long pour pas grand chose (comme souvent) : pardon…-

  2. tnsp?

    Les Sirènes doivent être d’abord séduites à leur tour, puis peut-être apprivoisées…..

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>