Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Ineffable, et pourtant…

septembre 4th, 2011, par Daphné

 

Arthur Rimbuad par Fantin-Latour (détail)Certains ont su. Non pas décrire, mais dire. Dévoiler, découvrir et, surtout, partager. Ils ont effleuré l’essence qui demeure invisible à celui qui ne sait pas garder les yeux ouverts. Mais surtout ils ont su se laisser toucher par elle. Ils ont eu ce courage de rester vulnérables pour accueillir la grâce qui ne se pose pas sur l’épaule du guerrier.

Il ont su voir. Embrasser du regard et des lèvres et du corps, de l’être tout entier. Ils ont su délivrer le message du monde, le secret qui ne s’offre qu’à celui qui attend et dont la main se tend mais reste grande ouverte. Tout ce qu’il faut écrire passe, se pose et nous quitte. Rien ne sert de vouloir apprivoiser la beauté. Il faut juste la voir, la vivre, la sentir. Et la laisser partir.

 

Aube

J’ai embrassé l’aube d’été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombres ne quittaient pas la route
du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes
se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq.
A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre,
je la chassais.

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu
son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi.

 

Publié dans instants, livres

2 Réponses

  1. N.

    Et les écumes qui bercent avant les ailes des INEFFABLES vents; qui, par instant…

  2. Daphné

    Ah, ces ineffables vents-là… Et cette ivresse ! On ne s’en lasse pas…

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>