Chez Daphné
un blog pour raconter et surtout partager…

Nos amis les livres

août 17th, 2011, par Daphné

 

un livre abandonnéJe vous faisais part l’autre jour de ma sage décision de voyager léger. Ainsi certaines compagnies aériennes nous enseignent, malgré nous, à évaluer nos biens selon de nouveaux critères. La valeur, l’attachement et même l’utilité sont finalement bien faible face au poids bien concret qui pèse sur la balance. Et quand on ne doit garder que vingt kilos en tout, le tissu, le plastique et même parfois le cuir l’emportent sur le papier.

Bien avant le départ, je me suis donc résolue à vider mes étagères. Les adieux furent déchirants et si l’on avait pu entendre le concert des personnages et de tous les narrateurs qui criaient d’une même voix, j’aurais sans doute fait Paris-Athènes en train…

J’ai souvent repensé à tous ces livres qui m’ont accompagnée, soutenue, conseillée, fourni tant de questions et même quelques réponses. Il me suffisait parfois juste de les regarder, sagement rangés, alignés, serrés l’un contre l’autre pour me sentir rassurée, tranquille, bien entourée. Ils étaient ma famille, ma maison, mon chez moi. Grâce à eux chaque fois que j’ai changé de décor, je n’étais jamais perdu. J’étais en terrain connu.

Mais j’ai posé des règles pour le grand saut en avant. L’une d’elles : pas de filet. Peut-être la seule façon de pouvoir s’envoler.

Bientôt d’autres histoires ont croisé mon chemin. Et d’autres personnages m’ont prise par la main. J’en connaissais certains, de nom, de réputation. Dans d’autres circonstances, peut-être que jamais je ne les aurais regardés. Encore moins écoutés. Mais ce bon vieux hasard qui fait si bien les choses m’a soufflé le dicton de nos amis anglais : Never judge a book by its cover. Dans tous les sens du terme, il faut croire que c’est vrai.

Publié dans livres

Une réponse

  1. N.

    Je ne demandais justement pas plus tard que régulièrement que faire des miens : les donner aux pauvres ou au rotary, les bruler lors d’un grand soir, les vendre. En attendant de me décider, je les regarde longuement et leur cause un peu (jamais un mot plus haut que l’autre, pas de colère) quand il m’arrive de repasser près d’eux et d’en déposer alors de nouveaux…
    Douceur…

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>